0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 21 septembre 2021
Méditation du 21 septembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49316 mots

Méditation du 21 septembre 2021

2021 09 21 MISERICORDE (25TO2) (Matthieu 9, 9-13)

 

 

La Bienheureuse Julienne de Norwich (1342-après 1416) recluse anglaise, dans ses « Révélations de l’Amour divin », commentait ainsi ces versets que Saint Matthieu écrivait à propos de son appel par Jésus.

 

      « Dieu m'a montré un seigneur assis solennellement dans la paix et le repos ; avec douceur il a envoyé son serviteur accomplir sa volonté. Le serviteur a couru en grande hâte, par amour ; mais voilà qu'il est tombé dans un ravin et s'est blessé gravement. (…) Dans ce serviteur, Dieu m'a montré le mal et l'aveuglement provoqués par la chute d'Adam ; et dans ce même serviteur la sagesse et la bonté du Fils de Dieu. Dans le seigneur, Dieu m'a montré sa compassion et sa pitié pour le malheur d'Adam, et dans ce même seigneur la haute noblesse et la gloire infinie à laquelle l'humanité est élevée par la Passion et la mort du Fils de Dieu. C'est pourquoi notre Seigneur se réjouit beaucoup de sa propre chute [dans ce monde et dans sa Passion], à cause de l'exaltation et de la plénitude de bonheur auxquelles parvient le genre humain, surpassant certainement celui que nous aurions eu si Adam n'était pas tombé. (…)

      Ainsi nous avons une raison de nous affliger, car notre péché est la cause des souffrances du Christ, et nous avons constamment une raison de nous réjouir, car c'est son amour infini qui l'a fait souffrir. (…) S'il arrive que par aveuglement et faiblesse nous tombions, alors relevons-nous promptement, sous le doux toucher de la grâce. De toute notre volonté corrigeons-nous en suivant l'enseignement de la sainte Église, selon la gravité du péché. Avançons vers Dieu dans l'amour ; ne nous laissons jamais aller au désespoir, mais ne soyons pas trop téméraires, comme si cela n'avait pas d'importance. Reconnaissons franchement notre faiblesse, sachant que, à moins que la grâce ne nous garde, nous ne tiendrons pas le temps d'un clin d'œil. (…)

      Il est légitime que notre Seigneur désire que nous nous accusions et que nous reconnaissions, loyalement et en vérité, notre chute et tout le mal qui s'ensuit, conscients que nous ne pourrons jamais les réparer. Il veut en même temps que nous reconnaissions, loyalement et en vérité, l'amour éternel qu'il a pour nous et l'abondance de sa miséricorde. Voir et connaître l'un et l'autre ensemble par sa grâce, voilà l'humble confession que notre Seigneur attend de nous et qui est son œuvre dans notre âme. »

 

 

 

 

 

Répondre à () :


Captcha