0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 18 septembre 2021
Méditation du 18 septembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49254 mots

Méditation du 18 septembre 2021

2021 09 18 PERSEVERANCE (24TO6) (Luc 8, 4-15)

 

 

            La parabole du Semeur a pris une telle importance, dans les Synoptiques, qu’elle est devenue le « symbole même » de la Parabole. D’un auteur à l’autre, l’accent est mis sur le « message » que le Semeur veut faire entendre, mais l’étude attentive peut souligner la part propre de chaque évangéliste sur la présentation et l’orientation de l’Auteur, Jésus. Qu’a-t-Il dit réellement ? Et surtout, comment a-t-Il Lui-même expliqué aux disciples « en particulier » ?

            Jésus n’est pas « sorti de Dieu » pour répandre le Germe du Royaume, mais Il est ce Germe, le « grain de blé jeté en terre » (Jean 12, 24). La mise au tombeau du grain de blé mort annoncera la Résurrection et ses fruits innombrables. Il y a identité entre « la Semence » et le « Semeur », car c’est Lui, Jésus, qui « habite » toutes ces images. Il importe donc de Le voir « se désignant »Lui-même  à travers les images.

            Du même coup, les obstacles qui gênent ou empêchent le Royaume de progresser représentent la « part humaine » des « terrains » dont les hommes sont responsables. Certains, comme dira Péguy, « ne mouillent pas à la grâce », d’autres inventent mille prétextes pour refuser la Parole. Les versets 5-7 égrènent ces déficiences humaines comme autant d’éléments paralysants ; mais la Semence, elle, ne demande qu’à produire : autant la graine est vivace, autant la réussite peut varier. Et Luc renonce à la mesurer : pas de chiffre !

            Il n’est pas question de « moisson » ; Jésus est le Semeur, et donc chaque disciple qui entend et reçoit la Parole doit en estimer la valeur pour se mettre à l’œuvre. Notre coopération consiste à épierrer, à enlever tout ce qui s’oppose à la croissance et au rendement, essentiellement une « persévérance ».

            Dieu sème toujours son Verbe ; Il n’est pas venu qu’à un moment donné de l’histoire, Il continue son œuvre dans l’Esprit qui nous conduit « dans la vérité tout entière » (Jean 16, 13). Le Christ est là qui ensemence notre humanité et fonde notre responsabilité. Il ne suffit pas que la Parole, telle une graine, atteigne tous les hommes, il faut qu’elle convertisse « tout » l’homme.

Répondre à () :


Captcha