0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 17 septembre 2021
Méditation du 17 septembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49283 mots

Méditation du 17 septembre 2021

2021 09 17 AINSI QUE DES FEMMES (24TO5) (Luc 8,1-3)

 

                                                                     

            Luc est le seul à nous donner les noms « et qualités » de plusieurs femmes qui accompagnaient Jésus et le groupe des disciples, comme une petite troupe ambulante qui va son chemin, un peu « comme à l’aventure », mais dont le but est bien défini : « proclamer et annoncer la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. » Le verset 3 nous apprend qu’elles « prenaient sur leurs ressources » pour pourvoir aux besoins de ce groupe.

            « Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons » : les évangiles, surtout celui de Jean, nous disent son « parcours ». Premier témoin de la Résurrection, elle court avertir les apôtres Pierre et Jean ; elle a aussi dialogué avec Jésus, après l’avoir pris pour le jardinier, ce qui nous montre que Jésus ressuscité n’avait plus la même apparence.

            « Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode ». Sans doute transmet-elle à la cour d’Antipas les nouvelles qui concernent Jésus et son enseignement. Luc (24, 10) signale sa présence au pied de la croix, à côté de Marie, Mère de Jésus, Madeleine et Jean. Ce même Jean ne la mentionne pas, mais nous apprend que la femme de Cléophas (le futur pèlerin d’Emmaüs) était là aussi.

            La présence de femmes auprès de Jésus n’est nullement surprenante, comme le ferait croire une misogynie sans fondement. Si Dieu a créé l’homme et la femme, c’est que tous et toutes sont invités au même salut ; et Jésus, qui a béni le mariage, conversé souvent avec des femmes, ne serait pas présenté et connu justement si on oubliait son accueil des femmes dans l’Evangile, de la Syro-Phénicienne à Madeleine. Sa Mère, Marie, était celle qui, à ses yeux, écoutait et pratiquait la Parole mieux que quiconque ; Il l’a associée d’aussi près que possible à sa mission de Rédempteur.

            Le « Fils » oublierait-Il que l’œuvre  du Père dans la création de l’humanité a voulu que la moitié de l’humanité soit représentée par les femmes. Les « civilisations » qui ont tenu les femmes comme mineures ont-elles regardé l’œuvre de Dieu telle qu’elle est ? Ont-elles voulu faire la place qui leur revient aux femmes ? Regardons de près l’attitude de notre société occidentale : obéit-elle au dessein de Dieu en ce domaine. Une évolution se dessine dans l’Eglise.

 

 

 

Répondre à () :


Captcha