0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 20 avril 2021
Méditation du 20 avril 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 20 avril 2021

2021 04 20 LE PAIN DE VIE (3Pâques2) (Jean 6, 30-35)

            « Les Juifs ne se refusent pas à croire : mais ils veulent un signe nouveau : et c’est là que commence le désaccord. Jésus vient de leur dire : le Bon Dieu, le Père céleste, m’a marqué ; cette marque c’est le miracle de la veille et ce sont tous ceux qu’Il a  accomplis... Eux veulent autre chose… et ne cachent pas leur désir. Ils veulent une nouvelle manne, un nouvel aliment qui, comme la manne au désert, tombe chaque jour du ciel et qu’ils n’aient qu’à accueillir. Ils veulent une nourriture périssable pour une vie périssable.

            Or le divin Maître leur a dit : 1° travaillez, 2° faites-vous une nourriture qui ne périsse pas, une nourriture qui répande en vous la vie éternelle. Ce n’est donc pas un aliment semblable à celui que Moïse a donné au désert qu’Il apporte et une réédition de la manne qu’Il promet. Il apporte un pain céleste :  « Ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel ; c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. »

            Le pain donné par Moïse était un pain de la terre et ordonné à la vie terrestre ; il symbolisait le vrai pain  du ciel ; il ne l’était pas. Le vrai pain du ciel, c’est en ce moment que Dieu leur donne, et, par ce pain, la vraie vie : « Le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. »

            Les auditeurs ne Le rejoignent pas encore. Son langage, qui nous est devenu si clair, demeure pour eux une énigme ; ils en restent à leurs espoirs matériels. Le Sauveur ne s’en préoccupe pas ; Il poursuit son chemin ; Il verse tranquillement sa vérité ; ceux qui voudront comprendront quand l’heure de la lumière sera venue. Il voit plus loin que le moment qui passe et que les impressions de ce moment, et sait attendre les réalisations à venir. « Ce pain de vie descendu du ciel et qui la communiquera, c’est Moi : Je suis le pain de la vie » ; ce pain-là apaise toute faim et toute soif ; il donne une vie qui ne s’use plus, la vie éternelle. « Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

            (Dom Augustin Guillerand. « Au seuil de l’abîme de Dieu »)

 

Répondre à () :


Captcha