0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 13 août 2020
Méditation du 13 août 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 13 août 2020

2020 08 13 PARDONNE (19TO4) (Matthieu 18, 21- 19, 1)                                           

            Il importe de voir le lien avec le texte précédent, sur le pardon et la discipline pratiquée dans les premières communautés  chrétiennes. Le pardon de Jésus a été sans compter, alors que Pierre semble bien entendre que c’est héroïque de pardonner sept fois.

            La parabole, qui occupe la plus grande partie de notre péricope, est assez simple à comprendre : c’est toujours nous qui avons la plus grosse dette à l’égard de Dieu. Comment pourrions-nous ne pas pardonner à nos frères leurs « manquements », alors que nous avons offensé Dieu en offensant nos frères ? Si Dieu nous pardonne nos fautes, comment ne pardonnerions-nous pas à nos frères. Voyons bien la réflexion du verset 35 : «C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. » (Le verset  19, 1 n’est qu’une transition).

            Saint Augustin (Sermon 83) a commencé par évoquer la parabole du débiteur impitoyable ; puis il montre l’universalité de cet avertissement du Seigneur.

            « Le Seigneur a raconté pour notre instruction la parabole du débiteur impitoyable, et, comme il ne veut pas que nous périssions, il y a joint cet avertissement: C'est ainsi que votre Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur (Mt 18, 35). Vous le voyez, mes frères, la parole est claire, l'avertissement utile; ils réclament notre obéissance, ce moyen de salut très efficace, qui nous rend capables d'observer le commandement.

            Tout homme, il est vrai, est débiteur de Dieu, et tout homme a un frère qui est son débiteur. Y a- t-il quelqu'un qui ne doive rien à Dieu, sinon celui en qui on ne peut trouver de péché? Et quel est l'homme qui n'a pas un frère pour débiteur, sinon celui que personne n'a offensé? Pourrait-on, à ton avis, en trouver un seul dans le genre humain, qui ne soit comptable de quelque manquement envers un frère?

            Donc, tout homme est débiteur envers quelqu'un, et il a, lui aussi, un débiteur. Dès lors, le Dieu juste t'a donné une règle à suivre envers ton débiteur, règle qu'il appliquera lui-même envers le sien. Il existe, en effet, deux œuvres de miséricorde qui peuvent nous libérer. »

Répondre à () :


Captcha