Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 12 novembre 2019

| cplucon

Méditation du 12 novembre 2019

(Luc 17, 7-10)

            Lue « au premier degré », cette page serait aujourd’hui contestée, car le maître demande au serviteur un supplément de travail alors que le serviteur a déjà accompli sa tâche journalière. Dans sa foi, le disciple découvre « Qui est Dieu ». Le servir devient son bonheur. C’est précisément dans ce « service accompli par amour » que le disciple progressivement ressemble à Jésus, « venu non pour être servi mais pour servir », selon Marc 10, 45.

            C’est ici qu’il faut retrouver les accents du Serviteur (Isaïe 53) ou l’hymne du 2° chapitre de la Lettre aux Philippiens (versets 6-11), et même (peut-être surtout !) le 13° chapitre de la Première Lettre aux Corinthiens, exaltation de l’amour qui ne compte pas, ne calcule pas…

            Jésus s’est fait Serviteur ; Il n’a pas « lésiné » sur les moyens à prendre pour montrer à Son Père qu’Il L’aimait. « Ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. » (Ph 2, 6-8). 

            « L’amour prend patience ; l’amour rend service … ; il ne cherche pas son intérêt ;  il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. » (1Co 13, 4-6, passim). Celui qui aime comme Jésus ne craint pas sa peine, ne craint pas d’en faire trop ; Il arrive à conformer sa volonté à celle de Jésus ; il n’a qu’un mot sur les lèvres, qui viennent du cœur ; il sait bien qu’avec Dieu on ne se trompe pas en accueillant ce qui vient de sa main.

            Saint Cyrille de Jérusalem expliquait à ses fidèles que la bienveillance de Dieu est « bien supérieure à toutes les fatigues que nous endurons à son service. »

            « Ceux qui exercent l'autorité parmi nous, ne remercient pas leurs serviteurs lorsqu'ils exécutent les ordres qui leur ont été donnés, mais ils cherchent à gagner leur affection à force de bienveillance pour leur inspirer un plus grand zèle dans l'accomplissement de leurs devoirs. Ainsi Dieu nous demande de le servir en vertu de son droit souverain, mais comme il est plein de clémence et de bonté, il promet des honneurs infinis à ceux qui travaillent pour lui, et la grandeur de sa bienveillance est bien supérieure à toutes les fatigues que nous endurons à son service. »

Répondre à () :


Captcha

Newsletter