0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 12 août 2020
Méditation du 12 août 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 12 août 2020

2020 08 12 D’ACCORD (19TO3) (Matthieu 18, 15-20)           

            « Dis-le à l’assemblée de l’Église ». Discipline du pardon dans les « assemblées » des premières générations chrétiennes ! Les règles monastiques des premiers siècles mettront en application ces normes. Comme le prévoyait la Loi juive, tout litige est à traiter devant deux ou trois témoins. Pour s’en référer « à l’assemblée de l’Église », nous sommes donc « après » le départ de Jésus, et on s’inspire de ses Paroles. On voit comment les adapter aux circonstances, en gardant l’esprit ; en ce sens, la dernière phrase du verset 17, « S’il refuse encore d’écouter l’Église, considère-le comme un païen et un publicain » peut paraître dure, et peu compatible avec la demande de Jésus (Mt 18, 22): « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois. »

            Autre aspect « disciplinaire » de la vie des communautés qui se réclament de Matthieu,  Juifs devenus chrétiens et sans doute aussi des païens : le pouvoir de décision dans ces communautés : « lier » et « délier ». « L’expression s’applique au domaine disciplinaire (excommunication) et aux décisions doctrinales ou juridiques… En Matthieu 18, 18, la communauté ecclésiale reçoit ce même pouvoir », dit Xavier-Léon Dufour, dans son Dictionnaire du Nouveau Testament (Seuil, 1975).

            Ce qui est vrai de la discipline l’est aussi, et surtout, de la prière de demande. Saint Cyprien a fait remarquer que ce n’est pas en vertu du « nombre », mais de l’accord des cœurs que la prière commune est efficace. Car Dieu voit le cœur et l’accord des cœurs pour Lui demander « quoi que ce soit ». Ici, on rejoint la demande formulée en Mt 5, 23 : « Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. »

            Le verset 20 souligne cet « accord » des cœurs qui prient ensemble : Jésus est là au milieu de cette assemblée, même restreinte, s’Il voit l’unanimité de la foi et de l’amour, et non seulement le nombre de personnes. Il opère le miracle de l’unité par sa grâce. C’est Lui qui met dans les cœurs et sur les lèvres la « vraie » prière.

Répondre à () :


Captcha