0
Le Pape et l'Eglise dans le monde
Angélus du 1er janvier 2020

| Webmaster

Angélus du 1er janvier 2020

Laissons-nous bénir par la Mère de Dieu qui nous montre son Fils

Angélus: laissons-nous bénir par la Mère de Dieu qui nous montre son Fils

Ce mercredi 1er janvier 2020, en la Solennité de Marie, Mère de Dieu, et 53e journée mondiale de la paix, le Pape a prié le premier Angélus de l’année en présence d’une foule très nombreuse venue Place Saint-Pierre. L’Enfant Jésus, donné par Marie, est une «bénédiction de Dieu» pour chacun. Il nous libère par son amour miséricordieux et nous devons Lui ouvrir notre cœur, a rappelé François, qui a par ailleurs présenté ses excuses après un geste d'impatience manifesté hier soir sur la Place Saint-Pierre.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Peu après avoir célébré la Messe en la Basilique Saint-Pierre, le Saint-Père est apparu à la fenêtre du Palais Apostolique pour prononcer une brève allocution avant de prier l’Angélus.

François a d’abord invité les pèlerins à entamer l’année 2020 dans la «gratitude» et la «louange», d’autant plus que le passage d’une année à l’autre est «toujours un “miracle” dont s’étonner et pour lequel remercier».

Le Pape est ensuite revenu sur la solennité de Marie, Mère de Dieu, qui rappelle aux croyants que Jésus est «la bénédiction de Dieu pour chaque homme et femme, pour la grande famille humaine et pour le monde entier». Le Sauveur des hommes «n’a pas enlevé le mal du monde mais il l’a vaincu à la racine», «son salut n’est pas magique, mais “patient”, c’est-à-dire qu’il comporte la patience de l’amour», a souligné François. «Tant de fois nous perdons patience», a-t-il ajouté, avant de s’excuser publiquement pour «le mauvais exemple d’hier», en référence à un geste d’impatience qu’il avait manifesté la veille au soir envers une femme qui l’agrippait par la main sur la Place Saint-Pierre, après les vêpres, provoquant à François une forte douleur au bras.

53e Journée mondiale de la paix

Ainsi, la Mère de Dieu nous bénit «en nous montrant son Fils», qu’elle tient entre ses bras, a poursuivi le Souverain Pontife. Elle «bénit toute l’Église, elle bénit le monde entier». «Fixons notre regard sur la Mère et sur le Fils qu’elle nous montre», a insisté le Pape, «laissons-nous bénir par la Madone avec son Fils».

François a aussi évoqué la 53e journée mondiale de la paix célébrée ce jour autour du thème “La paix, chemin d’espérance: dialogue, réconciliation et conversion écologique”. Une journée instituée par saint Paul VI et dédiée «à la prière, à la prise de conscience et de responsabilité envers la paix».

Un chemin d’espérance et de paix

Puis le Saint-Père a précisé que Jésus se fait bénédiction «pour tous ceux qui sont oppressés par le joug de l’esclavage, esclavages moraux et esclavages matériels». «Il libère par son amour», a –t-il expliqué, avant de citer tous ceux à qui s’adresse plus particulièrement sa miséricorde: ceux qui se mésestiment, ceux qui sont victimes d’injustices, d’exclusions, les personnes malades, abandonnées et découragées, les personnes prisonnières, entre des murs ou en elles-mêmes. «Jésus rouvre un horizon d’espérance, à partir d’un petit rayon de lumière», a assuré le Pape.

Les pèlerins ont enfin été invités à descendre «des piédestaux de [leur] orgueil», à se laisser bénir par la Sainte Mère de Dieu et à ouvrir leur cœur à la «bonté» de Jésus. L’année 2020 sera ainsi «un chemin d’espérance et de paix», à travers «des gestes quotidiens de dialogue, de réconciliation et de soin de la création».  

Après avoir récité la prière de l’Angélus, le Pape a renouvelé son souhait de paix et de bien au monde entier, et a remercié le Président de la République italienne pour les salutations qu'il lui a adressées.

Le Souverain pontife a aussi encouragé les innombrables initiatives de prière et d’engagement pour la paix qui ont lieu en cette journée partout dans le monde.

Il a enfin exprimé sa proximité envers les volontaires qui «choisissent avec courage d’être présents de manière non-violente et désarmée» là où «la paix et la justice sont menacées», et les «militaires qui œuvrent dans les missions de paix, en de nombreuses zones de conflit».

Vatican News

Répondre à () :


Captcha