Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Rencontre de formation des catéchistes du doyenné de Luçon
Rencontre des catéchistes © F.Gautron

Rencontre de formation des catéchistes du doyenné de Luçon

Rencontre des catéchistes © F.Gautron

le jeudi 28 février, une quinzaine de catéchistes étaient réunis pour un temps de formation assuré par le Service Diocésain de Catéchèse et du Catéchumenat autour du thème ‘Comment parler de la mort aux enfants’.

Après un brainstorming autour de la mort en général  on constate très vite que ce n’est pas facile de parler de la mort encore moins de notre propre mort. La mort est une séparation douloureuse et demeure un mystère.

Les enfants en fonction de leur âge sont souvent plus à l’aise que les adultes. Tout petit ils posent des questions, dès 7 ans, l’enfant réalise l’irréversibilité de la mort. Il faut attendre 9 à 10 ans pour que l’enfant comprenne que la mort est inexorable et que personne n’est épargné.

Nous regardons un extrait du reportage ‘Papa part à la guerre’. Les militaires sont souvent des pères de famille. Reportage tout en délicatesse et sensibilité  où nous voyons que les familles font de leur mieux pour supporter l’absence, l’éloignement et le risque de la mort. Tout cela pèse sur la vie des enfants et encore plus lorsque le papa est décédé.

Nous terminons la rencontre sur la place que tient l’espérance chrétienne. Quand on parle de la mort à un enfant c’est lui dire que cela s’inscrit dans le cycle naturel de la vie.

Le langage employé avec un enfant a une grande importance. Il faut Laisser l’enfant poser ses questions, écouter et répondre avec franchise en disant que parfois on ne sait pas tout.

Le catéchiste a la mission de dire en parlant de Jésus qu’il n’est pas resté dans la mort après sa crucifixtion. Dieu l’a ressuscité. Il est vivant et continue aujourd’hui de nous accompagner. Il nous sauve par son amour. Il nous fait passer de la mort à la vie de Dieu.

Ce fut une belle soirée, studieuse et enrichissante qui s’est vécue dans une ambiance fraternelle. Merci à Cécile Geffard et Isabelle André.

Françoise Gautron

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.