Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 9 novembre 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 9 novembre 2018

(Jean 2, 13-22)

            Jésus nous « fait passer » d’une réalité matérielle à une contemplation de ce que nous devenons en Lui. Cette réflexion ne peut que recourir aux écrits des apôtres Pierre et Paul.

            Dans sa Première Lettre, 2, 4-10, Saint Pierre écrivait aux premiers chrétiens : «  Approchez-vous de lui : il est la pierre vivante rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu. Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle, pour devenir le sacerdoce saint et présenter des sacrifices spirituels, agréables à Dieu, par Jésus Christ. (…)Mais vous, vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple destiné au salut, pour que vous annonciez les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. »

            Ces versets ont servi de base, au Concile Vatican II, pour l’élaboration de la théologie de l’Eglise en tant que « Corps du Christ ».

            Si la comparaison avec le corps humain de Saint Paul, dans sa Première Lettre aux Corinthiens 12, 12-30, il veut exprimer une conception analogue : les chrétiens sont « le Corps du Christ » : « Vous êtes corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes membres de ce corps. Parmi ceux que Dieu a placés ainsi dans l’Église, il y a premièrement des apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement ceux qui ont charge d’enseigner… »

            La diversité des dons (charismes) répond aux besoins différents dans l’Eglise, mais ils sont complémentaires et contribuent à sa croissance et à son rayonnement.

            Ainsi, le Christ ressuscité unit mystiquement son Corps en une famille où chacun a sa place et apporte autant qu’il reçoit. Dieu se donne à ses fils « nés de l’eau et de l’Esprit » l’abondance de ses grâces. En retour, chaque croyant apporte son amour à ses frères.

            Ce « Corps » est saint, et chaque membre doit veiller à devenir « le saint que Dieu attend de lui ». Il appartient à l’Eglise de produire ainsi des fruits de sainteté comme autant de trésors pour l’humanité. Chaque jour, même s’ils n’y pensent pas, les chrétiens se laissent guider par l’Esprit de Dieu qui leur murmure : « Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Matthieu 5, 48).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.