Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 9 mai 2019
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 9 mai 2019

(Jean 6, 44-51)

            « Si le Père qui m’a envoyé ne l’attire ». Tout vient de Dieu le Père : c’est Lui qui « attire » ; et nous pensons à un « aimant » qui attire les objets métalliques, sauf que les hommes restent libres. Mais la grâce de Dieu est première dans le « processus » spirituel. « Tout vient de Toi, ô Père très bon ; nous t’offrons les merveilles de ton Amour ». Il en est ainsi pour tout dans notre relation avec Lui. C’est Lui qui nous a aimés le Premier…Nous n’avons qu’à répondre. Jésus promet la résurrection finale à celui qui répond favorablement à l’appel de Dieu.

            « Ils seront tous instruits par Dieu lui-même ». Citation d’Isaïe (54, 13), ces mots s’éclairent par l’explication qui suit : « Quiconque a entendu le Père et reçu son enseignement vient à moi. » Le Père a accrédité le Fils et Lui a remis tout pouvoir : c’est « le Fils bien-aimé » du Baptême et de la Transfiguration. Engendré avant les temps, Il est le Verbe « co- éternel ».

            Le verset 46 reprend et explicite le Prologue de l’Evangile : le Fils connaît le Père et Il venu nous Le faire connaître. Celui qui croit que Jésus est le Fils du Père participe déjà à la vie éternelle. « Qui croira sera sauvé » (Marc 16, 16).

            Avec le verset 48, nous revenons plus explicitement au thème « du Pain de vie ». Jésus reprend l’argument de la « manne » au désert : c’était une nourriture terrestre – comme le pain – qui n’empêchait pas de mourir. Toute la différence consiste entre la manne et « le pain vivant, qui est descendu du ciel. »: Jésus dit de ce pain-là : « Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ». Le pain venu du Ciel est une nourriture céleste : celui qui en mange participe à la vie éternelle.

            Alors Jésus dit une phrase qui va non seulement faire rebondir la discussion, mais provoquer un refus indigné des auditeurs : « Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. »

            Avec ces paroles de Jésus, Jean introduit comme une étape nouvelle, une réflexion des premières générations chrétiennes sur l’Eucharistie qui a été célébrée aussitôt le départ de Jésus, tant la force de ses paroles engageait les disciples à reproduire son geste de la Cène : « Faites cela en mémoire de Moi ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.