Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 9 juin 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 9 juin 2018

(Luc 2, 41-51)

            En 1942, pour marquer le 25° anniversaire des apparitions de Fatima, le pape Pie XII consacra le monde – alors en guerre – au Cœur Immaculé de Marie. La dévotion au Cœur de Marie, née au XVII° siècle sous l’impulsion de Saint Jean Eudes, en liaison avec le culte du Sacré-Cœur, aboutit à l’instauration d’une fête spéciale au XIX° siècle. L’actuelle mémoire liturgique souligne l’action de grâce à Dieu et l’ouverture d’âme de Marie, image de l’Eglise et modèle de tout chrétien.


            La Lecture veut faire une allusion à la maternité divine de Marie. « Comme la terre fait éclore son germe, et le jardin, germer ses semences, le Seigneur Dieu fera germer la justice et la louange devant toutes les nations. » (Isaïe 61, 11). On remarque aussi l’action de Dieu pour la paix entre les hommes.

            Et l’Evangile voulait inviter le genre humain à se tourner vers Dieu, comme Jésus et Marie soucieux avant tout des « affaires du Père ». Chercher Jésus fut le grand souci de Marie et de Joseph en ces jours. Et Lui montrait déjà qu’il voulait accomplir sa mission. La conclusion de cette page concerne tout chrétien : en méditant dans le silence de la prière sur la volonté de Dieu, chaque disciple entre dans le mystère de Dieu.


            Saint Jean-Paul II a expliqué à des enfants, en 1999, ce passage de l’Evangile de Luc.

             « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela? Vois comme nous avons souffert en te cherchant, ton père et moi! » (Lc 2, 48). Comme la réponse de Jésus est étrange, et comme elle fait réfléchir! « Comment se fait-il que vous m'ayez cherché? - leur dit-il - Ne le saviez-vous pas? C'est chez mon Père que je dois être » (Lc 2, 49). C'était une réponse difficile à accepter. L'évangéliste Luc ajoute simplement que Marie « gardait dans son cœur tous ces événements » (2, 51). En effet, c'était une réponse qui n'allait devenir compréhensible que plus tard, quand Jésus, adulte, commencerait à prêcher, en déclarant qu'il était prêt, pour son Père des cieux, à faire face à toute souffrance et même à la mort sur la croix.


            Effectivement, cette réponse a surpris des chrétiens. Avec Jean-Paul II, noud découvrons que la vie de Jésus ne s’explique bien qu’en référence à la croix. Toute la vie de Jésus est « orientée » par ce « mystère » : l’accomplissement de sa mission incluait cet acte suprême.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.