Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 8 octobre 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 8 octobre 2018

(Luc 10, 25-37)

            La première lettre de Saint Jean détrompera  ceux qui « honoraient » Dieu, mais croyaient possible de négliger son « prochain ». Ici, nous admirons la pédagogie de Jésus avec un « docteur de le Loi » qui la sait, mais a encore besoin de découvrir qui est son prochain. La parabole lui pose une question-piège : il répond bien, mais l’histoire racontée lui montre que le prochain, c’est lui et ses semblables, docteurs, prêtres ou lévites qui ne toucheraient pas un homme en danger, de peur de se souiller par le contact d’un moribond, ou à cause d’autres « interdits » de la Loi.

            Habilement, comme dans toutes les paraboles, Jésus conduit celui qui a bonne conscience à se remettre en cause lui-même, alors qu’il était prêt, par exemple, à estimer que ce n’était pas lui qui était concerné.

            « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui ». Comme Simon le pharisien (Luc 7, 36-48), le docteur de la loi donne une bonne réponse, nettement approuvée par Jésus. Reste évidemment à saisir que Jésus le désigne lui (et les collègues) comme responsables de leurs frères, surtout en mauvaise situation.

            Le prochain n’est donc pas celui qui est en face de moi, mais celui qui se fait proche du frère. Jésus fait rentrer en lui-même. Jésus avait intentionnellement donné comme exemple un Samaritain. « En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. » (Jean 4, 9) C’est celui-ci, et non pas les prêtres ou lévites, qui observent l’esprit de la Loi, et finalement lui obéissent, et non pas ceux qui se contentent de la lire ou de l’imposer. Or cet amour de charité estime que tout homme est notre prochain.

            « C'est pour cette raison, dit Origène, que le Sauveur a repris un homme qui croyait que l'âme juste n'est pas tenue d'observer les lois de la condition de prochain envers tous... Il a composé la parabole qui dit : « Un homme tomba entre les mains de brigands quand il descendait de Jérusalem à Jéricho ». Il blâme le prêtre et le lévite, qui le voyant à demi-mort, sont passés outre, mais il rend hommage au Samaritain qui a pratiqué la miséricorde. Et il fait confirmer que ce dernier a été le prochain de l'homme blessé par la réponse de celui même qui avait posé la question et lui dit : « Va, et fais de même ». Par nature, en effet, nous sommes tous le prochain les uns des autres.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.