Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 8 août 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 8 août 2018

(Matthieu 15, 21-28)

            La région de Tyr et de Sidon correspond au Liban actuel. Une certaine imprécision reste autour du lieu de la rencontre : « Jésus se retira dans la région de Tyr et de Sidon » et « une Cananéenne, venue de ces territoires ». Sud du Liban ou nord de la Galilée ? La frontière n’était sans doute pas trop précise ; mais la conversation tient compte du lieu : Israël ou la région de Tyr et de Sidon, alors païenne.

            Ce que les apôtres – dont Matthieu – remarquent, ce sont les cris de cette femme : elle ne demande pas pour elle, mais pour sa fille, tourmentée par un démon. Jésus, dans un premier temps se tait, mais les disciples supplient Jésus de la renvoyer, car elle veut arriver à ses fins et importune « tout le monde ».

            Quelles sont ces brebis perdues de la maison d’Israël auxquelles Jésus dit avoir été envoyé ? Son attitude à l’égard des « brebis égarées », pécheurs ou personnes dont la foi s’est étiolée, laisse entendre qu’il s’agit d’elles en priorité.

            Son insistance, comme celle de bien d’autres malades ou personnes en souffrance, ne laisse pas Jésus insensible quand elle vient se prosterner devant Lui ; alors, à travers un jeu de mots, elle dit qu’elle se contentera des miettes de la miséricorde de Jésus, comme les petits chiens, sous la table, ramassent les miettes. Le mot « petit chien » atténue, sur les lèvres de Jésus, ce qu’il y avait de rude dans l’appellation des païens par les habitants d’Israël. Cette femme répond à un mot injurieux par la reprise des mots de Jésus, « petits chiens ». Et elle fait passer son souci majeur – la guérison de sa fille – dans l’humour qu’elle manie ; Jésus y voit l’affection maternelle et la foi qui ouvre la porte à la guérison. Celle-ci se produit instantanément et à distance, comme pour la guérison du fils de l’officier royal (Jean 4, 46-54).

            Rien ne résiste à la foi ! C’est le langage que Jésus entend partout et toujours. Les Actes des Apôtres parleront de l’accueil réservé aux disciples de Jésus qui ont quitté Jérusalem et sont allés dans les régions au nord d’Israël, jusqu’en Syrie. Ce n’est pas la seule fois où Jésus vantera la foi des païens. Paul trouvera la foi chez des païens alors que ses compatriotes refuseront de croire à sa prédication.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.