Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 7 novembre 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 7 novembre 2018

(Luc 14, 25-33)

            Il importe pour un chrétien d’y réfléchir « tant que tout va bien » pour habiller son cœur et fortifier sa foi, car c’est au moment où viennent les épreuves de toutes sortes qu’il est bon d’être fort. Jésus donne, à l’appui de son appel, deux courtes paraboles : de même qu’un homme sage prend le temps de calculer la dépense avant les travaux envisagés, ainsi le disciple met au service de sa vie spirituelle toutes les ressources de son esprit. Et ainsi pour le chef qui envisage une campagne militaire avec un nombre inférieur de soldats à celui dont dispose l’ennemi. L’invitation est donc nette : si la foi en Dieu reconnaît dans le « chemin de Jésus » ce qu’il y a de meilleur, elle doit prendre tous les moyens humains pour les mettre à son service, au service de « Dieu dans l’homme ». Il s’agit pour tout chrétien de garder l’effigie de Dieu en lui. Pas d’autre chemin que la croix, puisque c’est le « chemin qu’a pris Jésus ».

            « Porter sa croix » peut paraître une ascèse peu attirante ! Saint Basile l’avait expérimenté quand il le conseillait dans ses Grandes Règles monastiques : « Pour tout dire, se renoncer, c'est transporter le cœur humain dans la vie du ciel, en sorte qu'on puisse dire : « Notre patrie est dans les cieux » (Ph 3,20). Et surtout, c'est commencer à devenir semblable au Christ, qui « pour nous s'est fait pauvre, de riche qu'il était » (2Co 8,9). Nous devons lui ressembler si nous voulons vivre conformément à l'Évangile. »

                Cette « ascèse » ou « entraînement » est rejetée par beaucoup de nos contemporains qui confondent le « confort » et le « bonheur ». Le disciple du Christ, le chrétien, en réfléchissant (entre autres) à la brièveté de la vie, comprend qu’il vaut beaucoup mieux se préoccuper d’un bonheur éternel dont lui a parlé Jésus. L’enseignement de Jésus est tout entier « en vue de la Passion et de la Résurrection », comme la Liturgie le rappelle : « Conduis-nous, par ta Passion et par ta Croix, à la gloire de la Résurrection ! » Celui qui nous a dit : « Je suis le Chemin » (Jean 14, 6) n’en a pas pris un autre. Lui est « vrai », la Vérité même.

            La croix peut prendre toutes les formes, y compris le martyre. Elle comporte de toute façon un renoncement à soi-même.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.