Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 7 juillet 2019
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 7 juillet 2019

(Luc 10, 1-12. 17-20)

            L’urgence de trouver des ouvriers pour la Moisson comporte le risque de vouloir « en trouver à tout prix » et de suggérer à « l’Eglise qui embauche » n’importe quelle solution. Jésus, Lui, a préparé ses « disciples » à devenir « apôtres ». Il les a formés, entre autres, par des stages missionnaires, comme celui-ci. Nul doute que Luc parle en même temps de ce qu’il a vécu au cours des voyages apostoliques aux côtés de Saint Paul.

            La première consigne de Jésus consiste dans la prière au Maître de la moisson, car un « disciple » travaille pour Lui, et le serviteur ne sera jamais au-dessus du Maître. Puis Luc mêle conseils et mises en garde, et c’est alors qu’on devine le fruit de son expérience personnelle. Le souhait de l’apôtre, en arrivant dans une maison hospitalière, traduit l’esprit de celui qui arrive : il apporte, non point un cadeau onéreux, mais « la paix de Dieu », car celui qui l’accueille, lui, accueille, du même coup, Jésus qui l’envoie et le Père.

            « Le Royaume de Dieu est tout proche ». Par l’accueil qu’ils réservent au disciple, les hôtes font grandir en eux-mêmes ce Royaume : ils s’en approchent en recevant chaleureusement l’envoyé du Seigneur, car ils voient dans cet « envoyé » Jésus Lui-même. Et Luc, ici, ne peut omettre de mentionner le refus. Les Actes des Apôtres montrent comment les autorités du peuple d’Israël ont condamné Jésus, se sont opposées à l’enseignement des apôtres, ont lapidé Etienne, ou, plus tard, à Antioche de Pisidie (Actes 13) ont éconduit Paul et Barnabé ; de tout cela Luc se souvient.

            « Paix à cette maison ! » Par leur accueil, les hôtes montraient qu’ils acceptaient le message des disciples ; ils participent à la Paix que Jésus             apporte au monde, et qui n’est pas la paix fragile des hommes. (Cf Jean 14, 27)

            Notre péricope mentionne le « retour » et l’heure du bilan de cette mission provisoire. Jésus souligne d’emblée l’aspect positif : le progrès du Royaume et de ce fait le recul de l’emprise de Satan. Mais les disciples avouent qu’ils ont été sensibles au pouvoir que Jésus leur a donné, à savoir commander aux démons. Inévitablement, Jésus rectifie, car les disciples risquent de s’attacher au « merveilleux ». Pour Lui, l’essentiel consiste en ce que les noms  de ses associés soient déjà « inscrits dans les cieux », promis à la vie éternelle.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.