Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 6 décembre 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 6 décembre 2018

(Matthieu 7, 21. 24-27)

            Jésus ne condamne pas « la prière », Lui qui l’a tant recommandée, mais la prière qui ne s’accompagne pas d’un accomplissement de la volonté du Père qui est aux cieux. C’est pourquoi on ne peut séparer cette parole de la parabole qui suit. La maison bâtie sur le roc, c’est la prière qui accompagne l’accomplissement de la volonté du Père.

            La prière n’est qu’un cri superficiel si elle n’engage pas le croyant à mettre en pratique la volonté du Père : Jésus aurait-Il dit que son frère, sa sœur et sa mère  sont ceux qui accomplissent la volonté de Dieu plutôt que ses proches parents « selon la chair » ? La « parabole » de la maison bâtie sur le roc est évidente pour tout lecteur de l’Evangile. Celui qui ne fait pas correspondre sa piété et sa pratique de la volonté du Père est vite reconnu pour un menteur: ses paroles ne sont pas crues, il dit et ne fait pas ; il devient celui qui bâtit sur le sable.

            La parabole « sur le roc » s’appuie sur la comparaison entre Dieu Lui-même et la solidité du Rocher. On la trouve souvent dans les psaumes ; et Saint Paul l’avaient reprise, en l’appliquant à Jésus, le Rocher qui donne la vie divine (1Co 10, 4). On ne peut oublier non plus les exclamations des apôtres devant la beauté du temple dont les ornements fragiles vont disparaître, au dire de Jésus : « Maître, regarde : quelles belles pierres ! Quelles constructions ! » (Marc 13, 1). Jésus ne peut s’arrêter à ces exclamations superficielles.

            Jésus s’est appelé Lui-même « la Vérité » (Jean 14, 6). Etant la sainteté même, Il ne peut accepter le décalage dans nos vies entre une piété qui ne serait pas unie à un accomplissement de la volonté divine. Il appartient donc aux disciples d’aligner toute leur conduite sur leur foi. Si nous sommes effrayés par le décalage entre notre foi et notre vie « habituelle », c’est à une véritable rectification de tous les instants que nous sommes appelés.

            Cet appel de Jésus est proposé par la Liturgie au moment de l’Avent, car pour accueillir Jésus à Noël dans la droiture, chaque disciple doit entendre au fond de son cœur résonner la Parole de « vérité ».

            Jésus naît d’abord dans la « vérité » de nos vies.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.