Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 4 juillet 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 4 juillet 2018

(Matthieu 8, 28-34)

                Le lundi 29 janvier 2018, nous avons lu dans l’Evangile Marc (5, 1-20) le même épisode. Il se trouve aussi en Luc 8, 26-39.

            Cette page a suscité des recherches exégétiques difficiles ; des incertitudes restent par exemple sur le singulier et le pluriel : qui parle ? Le possédé ou les nombreux démons ? D’autre part, les allusions à la « Légion » ne sont pas claires : est-ce l’occupation romaine qui est visée ? Les esprits impurs sont en rapport avec les porcs. La situation établie  semble contestée par l’action de Jésus : il n’est pas normal que la population s’accommode de ce qui est vécu en tolérant un possédé et en même temps des animaux impurs. Jésus triomphe quand le possédé redevient un homme  et que les démons sont engloutis…Ainsi le sens reste un peu difficile à établir, sans doute à cause de « sous-entendus » pas très nets.

            Les démons reconnaissent en Jésus le Fils de Dieu. Mais ici, ils L’agressent : « Que nous veux-tu, Fils de Dieu ? » Quel est ce « moment fixé », sinon la fin des temps où le Prince de ce monde sera jugé et son règne définitivement aboli ? Pour Jésus, le Règne de Dieu est « éternel », il est commencé, à l’œuvre, là où Jésus se trouve et parle ou agit.

            Deux étapes dans la suite du récit : les porcs et… les personnes qui ont un rapport, même éloigné, avec eux. Que les porcs périssent, engloutis avec les démons impurs, cela paraît « logique », mais que les gardiens ou les propriétaires se sentent mal à l’aise devant cette perte économique, on voit l’embarras de tous ceux qui se demandent s’il n’y avait pas une connivence entre ce mal toléré, admis, et la vérité, la libération qu’apporte Jésus. Jésus rétablit une situation qui n’aurait jamais dû disparaître : l’homme est à la ressemblance de Dieu, et ne peut tolérer une compromission avec le mal.

            Les habitants de la région « Le supplièrent de partir de leur territoire ». Veulent-ils manifester par cette parole qu’ils voient en Lui le « prophète » qui vient leur redire Qui est Dieu et les conduire à suivre ses voies ? Peut-être sont-ils plus sensibles à la perte économique et craignent-ils d’avoir en Jésus un homme qui trouble la paix établie. Jésus ne peut tolérer cette situation ambiguë.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.