Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 27 juin 2019
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 27 juin 2019

Matthieu 7, 21-29)

            La liste naïve des prétextes ou des allusions superficielles à une amitié peut s’allonger : nous trouvons toujours des « alibis » pour ne pas aimer Dieu en profondeur. C’est une méconnaissance de sa grandeur que de se contenter de « cris » vers Lui, s’ils ne sont pas accompagnés d’une vie sincèrement conforme à sa Volonté : « C’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux ». Nous savons que c’est uniquement en accueillant sa grâce que nous pourrons accomplir la volonté du Père.

            Dans leur désir de puissance, les hommes seraient contents de pouvoir s’attribuer des pouvoirs divins : « N’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons expulsé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?” Toutes choses merveilleuses, mais qui peuvent donner de Dieu l’image d’un « magicien », lié à des puissances supérieures pouvant être acquises par l’ésotérisme. Jésus met en garde contre ce qui continue de fasciner encore en notre temps beaucoup d’hommes, mais qui ne relèvent pas de la sainteté à laquelle Il ne cesse de nous appeler. Jésus laisse entendre que c’est un « mal » : la piété qui n’est pas unie à l’exercice habituel de la charité est un leurre.

            Les deux paraboles qui suivent sont devenues des proverbes ; elles doivent s’appliquer d’abord, selon le contexte, à la vraie piété ou à l’illusion qu’on peut se donner en pratiquant la prophétie, l’expulsion des démons ou l’accomplissement de miracles. Dieu, Lui, est vrai, et il ne communique pas sa puissance pour que les hommes se targuent d’avoir reçu de Lui des pouvoirs extraordinaires ; seule la sincérité de la conscience, une piété qui soit liée à l’exercice de la charité peuvent compter à ses yeux.

            Jésus s’en prenait au formalisme qu’Il sentait autour de Lui. L’évangéliste Marc (1, 22) souligne, lui aussi, « l’autorité » de Jésus en la comparant à celle des scribes -  qui se trouve dépréciée. Ils se sont trop attachés à la lettre, et en oublient « le cœur ». Là encore, Jésus « accomplit » : Il montre où est la vérité et la pratique. Chercher Dieu en vérité, c’est « bâtir sa maison sur le roc » ; le reste est du sable.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.