Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 2 août 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 2 août 2018

(Matthieu 13, 47-53)

            Les paraboles du Royaume nous parlent tour à tour de sa « croissance » et de sa « maturité », de l’état où il sera pour l’éternité. Ici, il s’agit de « ceux qui pourront y entrer », car un tri sera fait ; ce trait rapproche notre parabole de celle du bon grain et de l’ivraie (Matthieu 13, 36- 43) et même du Jugement dernier, en Matthieu 25, 31-46. Les mêmes expressions se retrouvent ; le même ton aussi, avec les références au bien et au mal. L’annonce du châtiment « pleurs et grincements de dents » prend l’allure d’un épouvantail.

            Le tri des petits poissons auxquels on redonne leur chance de grossir (et donc de s’amender) peut être une « lointaine » allusion à la purification dont on a besoin pour « paraître face à Dieu », être mis en présence de sa sainteté.

            L’allusion du verset 52 au « scribe devenu disciple du Royaume des Cieux » pourrait concerner Matthieu lui-même. Il est devenu capable d’ajouter au contact de Jésus tout ce que le Nouveau Testament lui apporte, à lui qui connaît l’Ancien ; il « tire de son trésor du neuf et de l’ancien », autrement dit il peut faire une synthèse de l’Ancien et du Nouveau Testament, mais surtout apprécier tout ce que le Nouveau apporte de meilleur. En cela, cette parabole rappelle aussi celle « des outres neuves » capables d’accueillir le vin nouveau, en Matthieu 9, 17.

            Les disciples disent avoir compris (v. 51). Notons la différence avec l’Evangile de Marc, où on les trouve « lents à croire ». Parmi eux, il paraît donc probable que certains étaient plus aptes à comprendre l’enseignement nouveau du Maître et surtout de saisir l’incroyable nouveauté qu’apportait Jésus. Ne peut-on pas voir dans ce scribe Matthieu lui-même ? Et quand on lit l’Evangile de Jean, on peut croire que celui-ci avait, comme on dit, des « antennes spéciales » pour comprendre Jésus « par le cœur ».

            Le verset 53 peut sembler une transition un peu factice. En effet, Matthieu (et ses disciples) ont composé l’Evangile selon un plan qui range les miracles, les discours et certaines paraboles en chapitres selon les genres, mais non seulement d’après une chronologie précise ou approximative. La ponctuation était remplacée jadis par des formules de transition proches de nos « mots-outils ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.