Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 16 avril 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 16 avril 2018

(Jean 6, 22-29)

            22 Le lendemain, la foule restée sur l’autre rive se rendit compte qu’il n’y avait eu là qu’une seule barque, et que Jésus n’y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui. 23 Cependant, d’autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l’endroit où l’on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce. 24 Quand la foule vit que Jésus n’était pas là, ni ses disciples, les gens montèrent dans les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus. 25 L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? » 26 Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. 27 Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. » 28 Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » 29 Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »1224

                                                                         *

            La nouvelle du miracle de la multiplication des pains se répand vit dans la région ; on accourt de la rive occidentale (où Hérode-Antipas a fait construire une nouvelle ville à laquelle il a donné le nom du nouvel empereur, Tibère). On cherche de partout Jésus. L’évangéliste a noté « après que le Seigneur eut rendu grâce » : pour lui, c’est une comparaison avec la Cène. Jésus a fait les mêmes gestes et employé les mêmes paroles, probablement, avec le souhait que les disciples fassent le rapprochement. Et cela introduit le discours qui va suivre sur le Pain de Vie.

            Dans le dialogue qui suit, Jésus ne répond pas à la curiosité « superficielle » : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? » Ce n’est pas la seule fois ; on se rappelle la question sur les signes avant-coureurs de la fin des temps. Sa réponse élève le niveau de la conversation et aborde la question plus importante : « Pourquoi Le cherche-ton ? » En parlant de la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, Jésus entre dans le vif du sujet ; dépassant le symbole, Il enseigne ce qu’Il a voulu faire admettre : le pain qu’ils viennent de manger annonce le Pain où Il va se donner Lui-même.

                                                                          *

            Saint Augustin admire la méthode de Jésus pour faire passer ses auditeurs de la « nourriture terrestre » à la « doctrine divine ».

            « Voici celui qui s'était enfui sur la montagne, dans la crainte que le peuple ne le fît roi, qui s'entretient maintenant avec le peuple, ils peuvent se saisir de sa personne et le proclamer roi. Mais Jésus, après le miracle plein de mystère qu'il a opéré, leur adresse ses enseignements, afin de nourrir de sa doctrine divine l'âme de ceux dont il a nourri miraculeusement le corps. » 

                                                                            *

            Saint Hilaire de Poitiers donnait la signification du sceau dont le Père a marqué le Fils. Peut-être cette image a- t-elle besoin d’être expliquée de nos jours aussi.

            « Lorsque le Fils de Dieu, qui est devenu le Fils de l'homme pour opérer le mystère de notre salut, dit qu'il a été marqué du sceau de Dieu, il veut nous faire comprendre qu'il reproduit en lui la nature du Père, et qu'il a le pouvoir de donner la nourriture qui renferme le germe de la vie éternelle, parce qu'il contient la plénitude de la nature divine du Père qui l'a marqué de son sceau. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.