Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 15 juillet 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 15 juillet 2018

(Marc 6, 7-13)

            Marc semble se souvenir du voyage accompli avec Paul en Asie Mineure. Avaient-ils un bâton à la main ? A travers ce détail, alors que Matthieu et Luc signalent : « Même pas de bâton », on devine l’extrême dépouillement des apôtres dans leurs randonnées apostoliques. L’enseignement essentiel de cette page d’Evangile n’est point  dans ces accessoires, bien sûr ! « Il leur donnait autorité sur les esprits impurs », autrement dit « pouvoir sur les démons ». Et Marc reviendra, à la fin de son récit, sur cet aspect du ministère apostolique : « Ils expulsaient beaucoup de démons ». N’est-ce pas l’occasion de nous demander quels démons nous tentent le plus souvent ou le plus facilement ? Et surtout de recourir alors à la prière : « Ne nous laisse pas entrer en tentation ? »

            Nous avons aujourd’hui l’ordre de mission des Apôtres, visiblement appuyé sur l’expérience de ceux -ci qui ont écrit après coup, en se souvenant des consignes données par Jésus. Comment Marc, qui a accompagné Paul, ne se souviendrait-il pas de telle prédication où l’accueil a été tour à tour chaleureux ou hostile ? Il a été l’auxiliaire de Paul, comme il le dit lui-même. Plus tard, secrétaire de l’apôtre Pierre, il mettra par écrit tous ses souvenirs dans ce qui est devenu son Evangile. Il y montre Jésus prêchant partout et par tous les moyens le Royaume de Dieu. Jésus, pour faire advenir ce royaume de Dieu, commence par expulser Satan, car il y a incompatibilité entre la sainteté de Dieu et le règne du mal.

            Les apôtres que Jésus envoie ont été choisis par Jésus. Et nous ne saurons pas comment Il les a choisis. Aujourd’hui, pour la bonne marche d’une entreprise, on nomme un connaisseur des ressources humaines. Dans la première Lecture, Amos, le jardinier et éleveur de troupeaux, a été choisi par Dieu comme prophète ; répondant à sa vocation, il ose aller dire ce que Dieu lui inspire devant le clergé impie d’un temple schismatique, et il se fait chasser. Ainsi en sera-t-il pour bien d’autres prophètes et pour Jésus dans son village de Nazareth. Rien n’a arrêté les apôtres quand ils ont été rejetés par les communautés juives ; ils se sont tournés vers les païens quand ils ont prêché la Résurrection que le monde juif refusait.

            La deuxième Lecture, aujourd’hui, nous a paru très abstraite. Il importe tout de même de regarder cet hymne au Christ, peut-être déjà chanté avant Saint Paul dans les premières communautés chrétiennes. Que veut dire Paul ? Dieu nous a choisis par amour de toute éternité pour être associés à l’œuvre de Son Fils. Et Saint Paul en tire une conclusion : répondre par la sainteté de notre vie à la sainteté de Dieu. C’est une simple logique. J’entendrai toute ma vie une sainte le redire à nos contemporains : « La sainteté n’est pas un luxe réservé à une élite ; c’est un simple devoir pour vous et pour moi ». Admettons-le jusqu’à en tirer les conséquences pratiques. Si Dieu est saint, Lui qui nous a faits pour Lui ressembler, c’est normal qu’Il attende de nous la sainteté. Méditons cette page qui introduit la Lettre de saint Paul aux Ephésiens : nous avons beaucoup à y apprendre sur notre vocation chrétienne et notre place dans le Corps total du Christ. Dieu nous voit « fils dans le Fils ».

            Dans ses consignes aux apôtres, Jésus a insisté sur l’accueil. Appliquons-nous à accueillir celui que la Providence  met sur notre route, que nous ne croisons pas dans la rue au hasard : quel sourire  Lui réserverait Jésus ? Que toutes nos rencontres deviennent des « Visitations » ! Nous sentons-nous « envoyés en mission » auprès de ceux que Dieu a providentiellement placés auprès de nous ? Et si les apôtres expulsaient les démons, nous avons à être témoins de l’amour de Dieu partout où nous sommes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.