Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 14 juillet 2019
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 14 juillet 2019

(Luc 10, 25-37)

           C’est un mal humain bien connu : quand on se sent « interpellé », on cherche à se défendre, parce qu’on se croit facilement « bon ». La réaction de ce docteur de la Loi ne peut pas nous étonner, mais la leçon de Jésus, à travers la parabole, nous remet en cause. Sommes-nous prêts à faire l’impossible par amour pour un frère, par amour de Dieu ?

            Jésus  le félicite d’avoir « compris la Loi ». Mais ce docteur prouve en posant sa question à Jésus sur le prochain que ce deuxième commandement était certainement remis en cause par une partie des Israélites. « Et qui est mon prochain ? » C’était la distinction introduite par les hommes : les Samaritains sont pour le moins évités, les païens d’au-delà des frontières sont parfois appelés « chiens », comme le laisse entendre la Syro-Phénicienne (Marc 7, 28). L’acception du mot est donc discutée ; et la parabole, avec son « ironie » va venir comme une réponse indiscutable : tout homme est mon prochain si je me fais proche de lui.

            L’ironie consiste en ce que Jésus prête à un Samaritain des sentiments de compassion pour une victime des brigands, alors que les prêtres et les lévites de Jérusalem se réfugient derrière des prétextes pour ne pas aider le malheureux. Le « prochain » est celui dont je me fais proche, et non celui qui est en face de moi et qui me laisse indifférent.

            Saint Augustin a montré que Dieu, si éloigné de nous, est venu par Son Fils sauver les pécheurs, blessés et en danger.

            « Qui donc est à la fois lointain et tout proche, sinon celui qui s'est tellement rapproché de nous par la miséricorde ? Car il représente tout le genre humain, cet homme qui gisait sur la route, laissé à demi-mort par les bandits, que le prêtre et le lévite ont négligé en se détournant, et dont s'est approché un Samaritain qui passait, afin de le soigner et de le secourir... Notre Seigneur a voulu se représenter lui-même dans la personne de ce Samaritain... Alors qu'il était juste et immortel, et donc éloigné de nous qui sommes mortels et pécheurs, Dieu est descendu jusqu'à nous, pour être tout proche, lui qui était si éloigné.

            La conclusion : « Va, et toi aussi fais de même ! » montre combien l’exemple s’impose plus facilement que l’explication.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.