Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 14 avril 2019
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 14 avril 2019

(Luc, 22, 14 – 23-56)

            La Passion selon Saint Luc commence par le « repas pascal ». Selon de nombreux exégètes, il y aurait eu un repas d’adieu et un autre qui serait « la Cène » où Jésus institue l’Eucharistie en transformant le rite pascal juif pour en faire le signe sacramentel de Sa Présence jusqu’à son retour. Luc suit les indications de saint Paul et semble se référer aux eucharisties des premières communautés chrétiennes qui avaient le souci de refaire les gestes et de reprendre les paroles du Maître (devenu « Seigneur » par sa Résurrection) avec une fidélité inspirée par la foi.

            L’Agonie, selon Saint Luc, est marquée par les « sueurs de sang » dont la mention a été contestée, mais les manuscrits les plus fiables l’attestent. Les « détails de l’arrestation » ne sont pas « les mêmes » ou « ne sont pas situés dans le même ordre » chez les autres Synoptiques. Luc veut montrer que Jésus garde la maîtrise des événements. Le « jeu » des devinettes du condamné aux yeux bandés est connu dans d’autres récits hors des évangiles.

            Luc est aussi le seul à mentionner une entrevue avec Hérode-Antipas. Alors que celui-ci « désirait Le voir » (Luc 23, 8), pourtant son attitude tourne à la dérision. Il se moque de Jésus de façon indigne.

            Pilate « dans son désir de relâcher Jésus», selon Luc 23, 20, multiplie les allées et venues du prétoire à la cour où la foule délirante réclame sa mort. Elle va l’obtenir. Sur le chemin du calvaire, Luc (et Marc) mentionnent l’épisode – hautement symbolique – de Simon de Cyrène qui aide Jésus à porter sa croix. Chaque fois que nous aidons un frère, unissons notre geste à celui de Simon ! C’est Jésus que nous aidons, quel que soit le service rendu.

            Luc est aussi le seul à raconter le dialogue de Jésus avec le brigand repenti et qui impose à son compagnon le respect pour Jésus innocent. C’est aussi par ce moyen que nous avons quelques paroles de Jésus en croix : le verset 43, selon lequel Jésus annonce l’entrée au paradis du « bon larron » a soulevé l’espoir de la « pénitence finale » chez tant de pécheurs.

            Selon Luc, Jésus cite un autre psaume que dans la version de Matthieu et de Marc au moment de rendre le dernier soupir : «  En tes mains je remets mon esprit » (Ps 30, 6).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.