Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 13 septembre 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 13 septembre 2018

(Luc 6, 27-38)

            Tableau de la magnificence de Dieu ! « Soyez donc comme Lui », nous dit Saint Luc. C’est le discours sur la Montagne de Matthieu, mais repris et rédigé différemment ; sur certains points, Luc va plus loin ou du moins trouve des formules très éloquentes, comme les versets 36 et 38. Au lieu de « les païens en font autant », Luc parle des pécheurs, car Luc, avec Paul, ont aidé certains païens à s’engager dans la foi au Christ. Pour les Juifs, le mot même de « païen » désignait « l’étranger », le terme étant quelque peu péjoratif.

            On note surtout l’insistance pour que les disciples du Christ « aillent au-devant des autres » et prennent l’initiative de les aimer et de les aider. La consigne est donc de ne pas compter : les derniers mots de cette péricope évoquent la largesse de Dieu : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement. On retrouve  la « règle d’or » : faire aux autres ce qu’on souhaiterait recevoir de leur part. Donner l’exemple d’une plus parfaite et plus délicate attention, cultivez le désintéressement : prêtez sans rien espérer en retour !

            Peut-on être plus généreux ? Le Christ est le modèle à imiter, même s’Il n’est jamais explicitement nommé dans cette page. Tout doit être fait « à partir de Lui », avec le même cœur. Cette page fonde la miséricorde. Saint Jean-Paul II a demandé que le deuxième dimanche de Pâques, (dont la prière d’ouverture commence par les mots « Dieu de  miséricorde  infinie ») devienne « le dimanche de la miséricorde.

            Matthieu évoquait la « perfection » ; Luc demande la miséricorde.

            Saint Basile, qui avait créé un centre « hospitalier » pour les pauvres pensait déjà qu’en faisant un don généreux on ne fait que « prêter à Dieu ».

            « Lorsque vous donnez au pauvre pour l'amour de Dieu, vous faites à la fois un prêt et un don; un don, car vous n'espérez point d'intérêt; un prêt, parce que la bonté de Dieu se charge de vous rendre ce que vous donnez au pauvre, comme le Sauveur vous en assure: «Car votre récompense sera grande». Est-ce que vous refuseriez d'avoir le Tout-Puissant pour caution et pour débiteur? Quoi ! Vous acceptez la caution d'un homme riche, et vous refuseriez la caution que Dieu vous donne pour le pauvre? »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.