Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 13 avril 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 13 avril 2018

(Jean 6, 1-15)

            01 Après cela, Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée, le lac de Tibériade. 02 Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait sur les malades. 03 Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples. 04 Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche. 05 Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? » 06 Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire. 07 Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun reçoive un peu de pain. » 08 Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : 09 « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! » 10 Jésus dit : « Faites asseoir les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. 11 Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient. 12 Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, pour que rien ne se perde. » 13 Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge, restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture. 14 À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. » 15 Mais Jésus savait qu’ils allaient venir l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul.1789

                                                                      *

            La « multiplication » des pains, dans l’Evangile de Jean, introduit le « discours sur le Pain de Vie » qui paraît l’essentiel ; et cela, même si, aux yeux de beaucoup, c’est le phénomène étrange, le « miracle » de la multiplication qui retient l’attention et l’admiration. C’est l’occasion de ne pas rester à une lecture « au premier degré », comme on dit. L’essentiel est dans la suite, le sens profond que Jésus Lui-même va enseigner. La discussion avec les auditeurs révèle les difficultés à croire et à accéder à l’essentiel.

            Ici, pendant que Jésus dialogue avec Philippe et André, les esprits se préparent. Jésus veut faire passer les apôtres et la foule du « petit peu » qu’apportent les hommes à l’abondance qu’Il apporte, Lui. Le symbole jouera à plein : Dieu donne sans proportion avec ce que nous pouvons Lui offrir : cinq pains et deux poissons…pour annoncer le Don de Dieu et sa Présence au milieu des hommes pour la durée des temps.

                                                                       *

            Saint Hilaire de Poitiers voit, dans les morceaux qui restent, l’annonce de l’Eucharistie dans les mains des croyants :

            « Les disciples présentent donc à cette multitude cinq pains, et les leur distribuent à mesure qu'ils les rompent, ils se succèdent dans leurs mains par une création instantanée de nouveaux morceaux de pain. Le pain qui est rompu ne diminue point, et cependant de nouveaux morceaux remplissent continuellement les mains qui les rompent, sans que les sens ni les yeux puissent suivre la continuité de cette création vraiment merveilleuse. Ce qui n'existait pas, existe, on voit ce qu'on ne comprend pas, et la seule pensée qui reste, est celle de la toute- puissance de Dieu. »

                                                                      *

            Saint Jean Chrysostome avait remarqué que Jésus n’avait pas besoin de « matière préalable » pour multiplier les pains.

            « Ce n'est pas sans raison qu'André tient ce langage, il se rappelait le miracle qu'avait fait le prophète Elisée qui avait multiplié vingt pains d'orge pour nourrir cent personnes. (2 R 4, 42-44.) Il lui vint donc dans l'esprit une idée un peu plus élevée, mais qui n'alla pas encore bien loin, comme l'indique la réflexion qu'il ajoute : « Mais qu'est-ce que cela pour tant de monde ? » Il s'imaginait que celui qui opérait des miracles, les faisait plus ou moins grands, selon les éléments plus ou moins considérables qu'il avait à sa disposition, ce en quoi il se trompait. Il lui était aussi facile de nourrir une grande multitude avec quelques pains comme avec un plus grand nombre, parce qu'il n'avait nul besoin d'une matière préalable. Si donc il consent à se servir des éléments créés pour opérer ses miracles, c'est pour montrer que les créatures sont régies par sa providence pleine de sagesse. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.