Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 12 octobre 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 12 octobre 2018

(Luc 11, 15-26)

            Satan récidive ! Il revient à la charge. Mais le « Doigt de Dieu », Jésus, est infiniment plus fort que lui. Satan a beau utiliser toutes ses ruses, Il n’aura pas le dernier mot. Il faut être « déformé » par lui et se fermer les yeux pour ne pas voir Jésus à l’œuvre dans l’expulsion de Satan.

            A partir du verset 21, le combat contre Satan est présenté comme une lutte entre deux adversaires, l’un qui revendique un droit et l’autre qui défend son palais : à qui sera le plus fort, celui qui défend sa forteresse ou celui vient l’attaquer.

            On trouve aussi, dans la suite du récit, un proverbe cité dans les Evangiles sous diverses formes : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. » Matthieu, dans le texte parallèle, (12, 30), cite le proverbe dans les mêmes termes : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. », mais on trouve, en Luc 9, 50: « Jean, l’un des Douze, dit à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser des démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il ne marche pas à ta suite avec nous. » Jésus lui répondit : « Ne l’en empêchez pas : qui n’est pas contre vous est pour vous. »

            Satan habite les déserts ou les endroits marécageux, les lieux arides, mais il préfèrerait une maison balayée et bien rangée. Quand il en trouve une d’où il a été chassé, il revient en force, avec des démons variés et encore plus mauvais que lui, au nombre de sept, il n’a pas de peine à s’imposer. Le symbole est clair : si la foi n’est pas « ancrée » en Jésus plus fort que tout, Satan peut trouver le champ libre. L’âme n’est pas assez forte, et se laisse prendre aux pièges de Satan. La lutte conte lui, la vigilance contre se ruses est donc indispensable. La prière, encore et toujours, reste l’arme privilégiée contre les traits du démon.

            Saint Bonaventure, dans sa Vie de Saint François, voit un reflet de Jésus dans « cet homme nouveau envoyé du ciel » et qui, entre autres, « chassait les démons et guérissait les malades »

            «  Hommes et femmes, jeunes et vieux, couraient voir et entendre cet homme nouveau envoyé du ciel ; il parcourait les provinces, annonçant avec ardeur la bonne nouvelle, « avec l'aide du Seigneur qui, à renfort de miracles, confirmait sa doctrine » (Mc 16,20). « Au nom du Seigneur », en effet, ce héraut de la vérité « chassait les démons et guérissait les malades » (Mc 16,17; 6,13). »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.