Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 12 juin 2019
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 12 juin 2019

(Matthieu 5, 17-19)

            Le premier verset nous fait penser à la dernière Parole de Jésus, avant de mourir sur la Croix: « Tout est accompli. » (Jean 19, 30)

            Premiers commentateurs de la Bible, les Pères de l’Eglise ont montré comment Jésus a justifié le dernier mot qu’Il a prononcé sur la Croix : « Tout est accompli. » (Jean 19, 30). Ce qui a changé, selon eux, ce n’est pas la Loi, puisque Jésus l’a observée, mais la « manière » de lui obéir : non plus celle d’Adam qui l’a transgressée, mais celle de Jésus qui  a fait par amour tout ce qu’Il a fait.

            Quand Jésus dit qu’Il n’est pas venu abolir la Loi, Il nous indique qu’elle est « bonne », qu’elle exprimait la Volonté du Père et qu’elle doit donc être complètement accomplie. A travers les mots « pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise », Jésus dit toute son importance. Et le verset 19 départage, comme en deux groupes, ceux qui rejettent « un seul de ces plus petits commandements » et ceux qui observeront et les enseigneront ; on ne peut pas manquer de voir ici ceux qui au nom de la supériorité du Nouveau Testament condamnaient ou annulaient l’Ancien (surtout à l’époque où les Evangiles étaient publiés).

            En fait, ce que Jésus veut changer, c’est l’esprit dans lequel on observe la Loi ; des évangélistes comme Luc ont montré combien Jésus abordait les personnes droites avec amour, et tentait de redresser le formalisme récurrent ou l’hypocrisie de certains pharisiens. Son « regard » sur l’attitude de la veuve qui met « plus que tous les autres » dans le tronc du Temple donne l’exemple de l’observation de la Loi par amour de Dieu (Luc 21, 1-4). Cette « qualité » des actes ou des paroles ou des pensées montre à Dieu comment nous observons la Loi, qu’elle soit ancienne ou nouvelle.

            « Celui-là seul sera vraiment grand qui pratiquera et enseignera ce que le Christ enseigne. » écrivait saint Augustin. Le disciple cherche donc à « accomplir » de tout cœur ce qu’il a à faire. On ne peut non plus séparer l’enseignement explicite de la Loi de la pratique : le « docteur » doit d’abord donner l’exemple de sa propre vie, sous peine d’encourir les reproches adressés par Jésus aux pharisiens : le verset de Matthieu – 23, 3 - garde toute son exigence : « Ils disent et ne font pas ». Le disciple de Jésus est donc « tenu » de « surveiller » la droiture de ses intentions, la « garde » de ses lèvres et l’ardeur de son amour.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.