Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 12 avril 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 12 avril 2018

(Jean 3, 31-36)

            31 Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous. Celui qui est de la terre est terrestre, et il parle de façon terrestre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, 32 il témoigne de ce qu’il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage. 33 Mais celui qui reçoit son témoignage certifie par- là que Dieu est vrai. 34 En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans mesure. 35 Le Père aime le Fils et il a tout remis dans sa main. 36 Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire le Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. »

                                                                    *

            Méditation théologique et « christocentrique ». Jean explicite la situation du Fils (Jésus, Verbe incarné) par rapport au Père. Il n’est plus question de Nicodème ; c’est une réflexion élargie  à partir du dialogue avec un personnage dont on ne sait pas s’il entend ou s’il est parti. L’auteur met ces paroles dans la bouche de Jésus. Le verset 36 reprend ce qui a été dit un peu plus haut. Ces versets portent à croire qu’un auteur autre que Jean intervient dans ces grands développements christologiques qui seront la base de la réflexion des Pères dans leur recherche pour établir le dogme de la Trinité.

            Supériorité du Fils parce qu’Il vient d’en haut, de Dieu donc. Et supériorité par rapport à tout ce qui est « terrestre ». Parenté avec le Prologue de l’Evangile où Jésus était contemplé comme « dans le sein du Père » (1, 18) : Il « a vu et entendu » le Père. Il vient dire aux hommes ce qu’Il sait du Père. Nous avons aussi comme une reprise du Prologue dans les mots : « Et personne ne reçoit son témoignage ».

            « L’Esprit sans mesure ». L’Esprit qui est Dieu, et que nous appelons, avec et à la suite de Jésus : « L’Esprit Saint », parce qu’Il participe de la nature de Dieu qui est toute sainteté. « Sans mesure », car les hommes ne peuvent Le recevoir avec la même plénitude que le Christ, l’Oint du Seigneur, le seul à Qui Dieu puisse dire : « Tu es mon Fils, Unique- Engendré ».

            « Aux hommes, il le donne avec mesure, à son Fils unique il le donne sans mesure. L'un reçoit de l'Esprit le don de parler avec sagesse, l'autre reçoit du même Esprit le don de parler avec science. (1 Co 12) Celui-ci reçoit une grâce, celui-là en reçoit une autre. La mesure est une espèce de partage dans les dons, mais Jésus-Christ ne reçoit pas avec mesure les grâces dont il est le principe et la source. », écrivait Saint Augustin.

            « Tout remis dans sa main ». Tout pouvoir ! Jésus partage tout à « égalité » avec son Père. La « main » représente, bien sûr, le « pouvoir ». Jésus peut décider, et nous l’entendrons dire : « Je veux », (17, 24) dans la Prière dite « sacerdotale », où Il s’adresse au Père.

            « La colère de Dieu demeure sur lui. » Dieu ne peut que souffrir du refus des hommes d’accueillir ses dons, surtout le plus précieux, son Fils. Sa Parole vivante n’a pas parlé en vain : ce qu’Il a dit nous jugera.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.