Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 11 septembre 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 11 septembre 2018

(Luc 6, 12-19)

            C’est parmi les « disciples » que Jésus choisit les douze « apôtres ». Ce choix est établi après une nuit de prière, et dans la montagne. Il est probable que les Douze n’étaient pas les seuls à Le suivre au cours des voyages d’un point à l’autre du pays, et même parfois au dehors. Luc (8, 1-3) parlera, et lui seul, de quelques femmes qui accompagnaient le groupe. Les listes des apôtres, on le sait, ne correspondent pas d’un Evangile à l’autre ; celle des Actes des Apôtres change les places des noms. Marc dit que Jésus les « institua », constitua donc un groupe déterminé et en fit une « institution » qu’ils veilleront à maintenir (Actes 1, 21-22) en remplaçant Judas par Matthias.

            Appelés par Jésus Lui-même, ils transmettront sa « Bonne Nouvelle » au monde et seront vénérés dans l’Eglise. Luc ne s’attarde pas à parler des Apôtres, mais signale « un grand nombre de ses disciples et une grande multitude de gens venus de toute la Judée » Pour Luc, le mot « Judée » désigne la Palestine entière ; il voulait sans doute dire « de la Galilée ». Mais le mention de Jérusalem atténue l’affirmation sur cette métonymie.

            On vient « entendre » Jésus et se « faire guérir » : c’est donc une foule dont les membres ont des motivations bien différentes. En suivant ce qu’Il a dit Lui-même de sa parole, nous nous réjouissons du fait que ses contemporains nous aient communiqué le goût d’écouter Dieu. Ne les jugeons pas parce qu’ils sont « intéressés » par ses guérisons : Dieu nous veut en bonne santé, et nous continuons de l’implorer pour garder aujourd’hui encore « la santé de l’âme et du corps.

            Le prestige de Jésus tient à sa « Parole » et aux… « guérisons ». Luc était-il médecin ? Il présente le pouvoir de guérison de Jésus comme un « fluide », une « force (qui) sortait de lui et les guérissait tous ». Ne serait-ce pas la volonté de Dieu qui veut la pleine santé de tout homme ? Il ne s’agit pas d’un « magnétisme », mais du rayonnement de la divinité et de la sainteté de Jésus.

            « Ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs retrouvaient la santé ». Sans doute faut-il voir là les états de santé qui ont trait aux maladies « psychologiques » ou « nerveuses » que l’Antiquité attribuait facilement aux « mauvais esprits ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.