Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 11 mai 2019
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 11 mai 2019

(Jean 6, 60-69)

            Ces versets sont l’écho des crises vécues après la séparation des communautés juive et chrétienne dans les dernières décennies du premier siècle de notre ère. Certains chrétiens ont cessé de suivre la vie des communautés notamment (mais pas uniquement) à propos de l’Eucharistie et de la Présence de Jésus sous les espèces du Pain et du Vin. L’influence des ‘loups’, soulignée au Chapitre 10, n’est-elle pas celle des « hérésiarques » qui empêchent Jésus d’avoir l’unanimité autour de son enseignement

            Le verset 60 fait allusion aux difficultés nées des paroles de Jésus : manger sa Chair et boire son Sang , cela demandait un acte de foi que beaucoup de ses disciples n’étaient pas prêts à accepter. Ils s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner. C’est ce qui s’est passé tôt ou tard. « Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas ».

            C’est vrai toujours ; et les apôtres se regroupent sous l’autorité de Pierre, devenu son « représentant » et champion de l’orthodoxie. Dès le début, à l’écoute même des paroles de Jésus, il est probable que certains ont douté et que leur adhésion à son enseignement a été « progressive » ; d’autres ont préféré ne plus Le suivre. Les paroles de Jean font allusion à cette crise latente et ouverte inévitablement un jour.

            Pierre fait, à propos de la question de Jésus qui peut sembler une  obligation de choisir,  une nouvelle « confession de sa foi » d’un lyrisme poignant inspiré par la foi. C’est vraiment une conviction.

                La lecture de cette page de Saint Jean inspirait à Saint Augustin deux réflexions profondes dont chaque chrétien peut s’inspirer : fidélité à la Parole de la Vie éternelle ; Jésus obéit au Père.

            « Je suis le pain de vie, le vrai pain, celui qui descend du ciel et donne la vie au monde » (Jn 6,32-33)... Vous désirez ce pain du ciel, vous l'avez devant vous, et vous ne mangez pas… Pour autant je ne vous rejette pas : votre infidélité a-t-elle annulé la fidélité de Dieu ? (Rm 3,3) Vois donc : « Tout ce que mon Père me donne viendra à moi et celui qui viendra à moi, je ne le jetterai pas dehors » (Jn 6,37).

            Celui-là, tu ne le jetteras pas dehors, car tu es descendu du ciel non pour faire ta volonté, mais la volonté de celui qui t'a envoyé (Jn 6,38).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.