Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 11 avril 2019
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 11 avril 2019

(Jean 8, 51-59)

            Abraham, considéré comme le père du peuple juif et l’ancêtre très vénéré, est au centre de la discussion entre Jésus et certains Juifs. Jésus parle de la foi d’Abraham et eux se placent dans « l’histoire » seulement. Ce n’est pas la première fois qu’on accuse Jésus de possession ; on se rappelle le grief de chasser les démons par leur prince, Béelzéboul. (Marc 3, 22-30). Ils ne veulent pas admettre  le point de vue de Jésus : la foi « transcende » le temps. Ils voient l’existence des personnes, et Jésus parle de leur foi. L’accusation va très loin : « Pour qui te prends-tu ? »

            « Vous ne le connaissez pas », leur objecte Jésus en parlant de son Père. Matthieu (11, 27) avait déjà dit que Jésus seul connaissait le Père : « Personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. » Ici, Jésus va plus loin en précisant : « Si je dis que je ne le connais pas, je serai comme vous, un menteur ».Jésus garde la Parole de son Père ; non seulement Il obéit au Père, mais Il Le fait connaître.

            La foi est comme un regard divin en nous, elle « dépasse » notamment le temps et l’histoire. C’est dans ce sens qu’Abraham «  a vu le Jour de Jésus », c’est-à-dire le Messie qui naîtrait de lui, plus tard, mais n’importe le temps. Comme les auditeurs de Jésus en restent au plan du « temps », de la chronologie, ils refusent « d’aller sur le terrain de la foi ». Jésus affirme qu’Il EST, qu’il est éternel, bien avant et bien après Abraham. Une fois de plus (n’oublions pas : 54 fois « JE SUIS » dans l’Evangile de Jean !) Jésus affirme qu’Il est Dieu ; et c’est pour cela, un blasphème à leurs yeux, qu’ils veulent Le lapider.

            Notre foi rejoint-elle celle d’Abraham ? Cette réflexion de saint Cyrille de Jérusalem veut nous y aider :

            « C'est l'exemple de la foi d'Abraham qui nous rend tous enfants d'Abraham. De quelle manière ? Les hommes considèrent comme incroyable une résurrection des morts, tout comme il est incroyable que des vieillards déjà marqués par la mort, engendrent une postérité. Mais lorsqu'on nous annonce la bonne nouvelle du Christ, crucifié sur le bois, mort et ressuscité, nous le croyons. C'est donc par la ressemblance de sa foi que nous entrons dans la filiation d'Abraham. Et alors, avec la foi, nous recevons comme lui le sceau spirituel, circoncis dans le baptême par le Saint-Esprit. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.