Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 10 octobre 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 10 octobre 2018

(Luc 11, 1-4)

            Quel est ce disciple ? Nous le savons par l’Evangile de Jean 1, 40 : « André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus. » André fut disciple de Jean-Baptiste, mais ce n’est pas garanti que Luc veuille parler d’André. Le texte de Luc prouve seulement que Jean-Baptiste « faisait école de prière », comme nous dirions de nos jours.

            « Père ». Nous nous adressons au Père, car Jésus nous a dit, en s’adressant à Madeleine, selon Jean 20, 17 : « Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Dans la version de Saint Matthieu, il y a : « Notre Père », ce qui inclut que nous croyons que Dieu est le Père de tous et que nous sommes ses enfants, frères de la famille de Dieu.

            Nous ne pouvons pas prier pour que Dieu soit « saint », car Il l’est par nature, mais pour que nous soyons de dignes témoins de sa sainteté, que Son Nom ne soit pas « blasphémé parmi les nations » parce que nous serions indignes d’un Dieu saint.

            « Que ton Règne vienne » Que le Règne de Dieu s’établisse ! Là il n’est pas question de la terre, mais c’est évidemment là, car c’est déjà fait au Ciel. Luc a- il été au courant de la version de Matthieu ? A –t-il voulu corriger ce qui lui paraissait évident ? Nous avons toujours à demander que le Règne de Dieu arrive au cœur de tout homme, et de nous les premiers.

            « Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour ». Jésus pense-t-Il à la manne, nourriture quotidienne que chacun devait recueillir selon son « appétit », ce qui voulait signifier aussi que Dieu connaît nos besoins réels et qu’il faut donc prévoir « le nécessaire » ? Cela implique de faire confiance à la Providence, et non pas, comme de nos jours, gaspiller, ce qui est un manque de respect à l’égard d ceux qui n’ont pas le nécessaire.

            La formule de Matthieu, suivie dans la prière, parle des « offenses ». Luc parle de « péchés », l’offense à Dieu, surtout quand nous offensons un frère. Luc veut dire : « Dieu, pardonne nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons aux frères qui nous ont offensés », et Matthieu, plutôt : « Comme » nous pardonnons…

            La nouvelle traduction donne désormais les mots de Luc : « Ne nous laisse pas entrer en tentation. » Luc ne donne pas : « Délivre-nous du Mal ! », c’est-à-dire « du Malin ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.