Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 10 juillet 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 10 juillet 2018

(Matthieu 9, 32-38)

            Ici, Matthieu résume ou regroupe, dans des mentions rapides, plusieurs scènes détaillées ou développées chez les autres Synoptiques :

            Matthieu reprendra lui-même en 12, 22-24 la même expulsion de démons en la complétant par un plus long développement sur le dialogue entre Jésus et les pharisiens.

            Marc (3, 22-27) situe le reproche adressé à Jésus d’expulser les démons par le chef des démons dans un tout autre contexte.

            Luc, 11, 14-22 fait de cette accusation une analyse détaillée où Jésus réfute l’argument, apparemment contradictoire, des pharisiens.

            Matthieu raconte succinctement les voyages de Jésus dans toute la contrée, sa pitié pour les foules sans berger, et il termine par l’appel à la prière pour les ouvriers trop peu nombreux devant l’importance de la moisson. Chacun de ces éléments mérite une méditation.

            Le verset 35 est développé par Marc, ici ou là, dans son premier chapitre, si bien que Jésus devient la « Bonne Nouvelle itinérante », rencontrant les malades et les guérissant, et s’adaptant à ce qui se présente à Lui.

            La compassion de Jésus traduit son « souci pastoral » : « Parce qu’elles étaient désemparées et abattues comme des brebis sans berger. » Celui qui se définira comme le Bon Pasteur a dès le début de son ministère témoigné de son souci pour les « autres », afin que tous découvrent ou approfondissent leur relation à Dieu. Et, quand on regarde l’Evangile « dans son ensemble », on constate la pédagogie de Jésus avec chacun de ceux qu’Il rencontre, avec ceux qui L’écouteront, voire Le suivront, comme avec ceux qui Le condamneront.

            Jésus demande la prière au Maître la Moisson ; celle-ci est donc un « problème spirituel »,   avant tout ; et l’Eglise le découvre au fil des jours. A l’heure où les « ouvriers » se font plus rares en telle forme d’apostolat ou en telle partie du monde, ailleurs et sous d’autres formes, des ouvriers se manifestent. Nous avons besoin de foi et de souplesse d’esprit pour aller au rythme de la Providence


            Notons la réaction réaliste de Saint Jean Chrysostome devant cette consigne de prière :

            « Comme ce sont les Apôtres qui sont les moissonneurs, il leur dit : " Priez donc le Maître de la moisson qu'il envoie des ouvriers en sa moisson. " Cependant il ne leur adjoignit personne. Ils restèrent douze, et il ne les multiplia qu'en ajoutant non pas à leur nombre, mais à leur puissance. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.