Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Méditation du 10 août 2018
Bible meditations © viechretienne.fr

Méditation du 10 août 2018

(Jean 12, 24-26) (Saint Laurent)

            Laurent, le diacre du Pape Sixte II, décapité le 6 août 258, fut martyrisé le 10 du même mois, et la même année que Saint Cyprien, le 14 septembre, à Carthage, sous Valérien.

            La popularité de Laurent est due en grande partie à ses réactions de foi : les trésors de l’Eglise sont « les pauvres ». En partageant avec eux, le disciple qui donne au malheureux « prête à Dieu ».

            C’est lui, martyr, le grain de blé tombé en terre avec et comme Jésus, qui porte du fruit. Laurent, le sage intendant de l’Eglise, dispense ses biens non pas en les enfouissant mais rapporte cinq nouveaux talents, comme le serviteur de la parabole ; il fait fructifier la générosité des fidèles. Le trésor consiste en ce regard de foi qui fait grandir le rayonnement de Jésus.

            Les martyrs ont découvert que leur mort soulèverait une moisson de chrétiens ; ils n’ont pas « tellement aimé leur vie » qu’ils aient lutté pour la garder, et ils s’en sont détachés pour garder celle de la vie éternelle. Ils ont « suivi » et « servi » le Christ en L’imitant jusque dans la mort. Ils ont reçu « le centuple » : « Là où moi, je suis,  sera mon serviteur ».

            Rien n’est donc perdu de ce qu’on fait pour le Christ : « Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera ». Et cet honneur, c’est le Père qui le rendra, que ce soit l’hommage de sa vie, dans le martyre comme Laurent, ou dans le service patient  des frères. L’amour du Christ dans le service des frères doit ressembler à un « enfouissement » par sa discrétion, et n’être vu que de Dieu.

            Jésus parle du grain de blé qui doit mourir pour porter du fruit ; c’est aussi à partir de la Résurrection qu’on comprendra « quels fruits » porte celui qui est mort ; il devient comparable à Abel qui parle longtemps après sa mort (He 11, 4) ; et quels fruits n’a pas portés Jésus par sa mort ! La Résurrection sera la preuve que la vie donnée est agréée par Dieu. Ce qui a paru une « perte » aux yeux des hommes prend « aux yeux de Dieu » l’allure d’un succès.  

            L’histoire de l’Eglise est jalonnée de supplices de martyrs ; mais elle connaît aussi ceux et celles qui ornent leur vie d’actes d’amour dans le silence. Tous ont mis à la base de leur vie l’amour de Dieu. Leur « histoire » posthume n’est pas non plus toujours aussi célèbre. Dieu connaît ses saints.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.