Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

Homélie de la messe de sépulture de madame Jeannette LUSSEAULT par l'abbé Loic BELLAIS
Résurrection © Le bon combat

Homélie de la messe de sépulture de madame Jeannette LUSSEAULT par l'abbé Loic BELLAIS

« Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi ». Ces paroles réconfortantes de Jésus nous invite à la foi et à l’espérance.  Par la mort et la résurrection de Jésus, nous sommes sauvés de la mort et du péché. Oui le Christ est ressuscité pour que nous ayons la vie éternelle et cette vie en abondance. D’autre part, notre sœur aimait beaucoup la Vierge-Marie, elle aimait réciter son chapelet. Formée dans la cité sainte de Vendée à Saint Laurent sur Sèvre, à l’école du Père de Montfort, la vie de la Vierge Marie a irrigué l’âme de madame Lusseault.

La foi, la croix et l’espérance.

La foi : nous recevons la foi de Dieu, c’est un don. C’est la générosité de Dieu. Mais si la foi est un don, il nous faut y répondre positivement par la charité, par notre volonté de dire « oui » au Seigneur. Notre sœur, à l’image de la Vierge Marie, a vécu de cette foi chevillée au corps. « Comment pourrions-nous savoir le chemin ? Moi je suis le chemin, la Vérité et la Vie » nous dit Jésus dans l’évangile. Elle a suivi son Seigneur, avec ses joies et ses souffrances, ses échecs et ses réussites, son péché et sa grâce comme je le rappelais lundi dernier pour notre frère Pierre Thibaud qui nous quittait aussi. C’est une génération qui part maintenant. Une génération de catholiques qui doit nous donner à penser, à réfléchir, à qui nous devons beaucoup. Nous avons à garder les bons exemples et à les mettre en pratique. Nous avons à méditer sur la vie chrétienne de nos anciens pour mieux construire la nôtre. Et en méditant leur vie, nous y rencontrons Jésus. Nous espérons qu’à la fin de notre propre vie, les générations futures pourront dire la même chose de nous.  C’est aussi cela la tradition, la transmission.

La croix : madame Lusseault a rencontré très vite et très jeune la croix. Le Seigneur, dans la Bible, ne répond pas au pourquoi de la souffrance sinon qu’elle est la conséquence du mal, mais Jésus la porte avec nous comme il a porté sa croix. Madame Lusseault l’avait bien compris car, malgré les difficultés, elle était restée fidèle. « C'est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître » dit Jésus dans un autre passage d’évangile.

Marie, au pied de la croix, nous montre le visage de la foi qui veille, qui attend, qui souffre aussi car son enfant n’est plus. Marie sera aussi présente à la résurrection de son Fils. Chemin de croix et résurrection ont modelé la vie de notre sœur. Mais à l’image de Marie, gardons la foi et la charité : « faites tout ce que mon fils vous dira » nous dit l’évangile de Cana.

L’espérance : dans son livre « Entrez dans l’Espérance », le saint pape Jean-Paul II disait « Grâce à saint Louis-Marie Grignion de Montfort, j’ai compris que l’authentique dévotion à la Mère de Dieu est véritablement christocentrique, profondément enracinée dans le mystère trinitaire, et dans ceux de l’incarnation et de la rédemption ». Marie nous mène toujours à Jésus qui nous donne de croire, d’aimer et d’espérer. Et cela, non de façon superficielle, mais bien intérieurement, existentiellement. Comme un enfantement, toute notre vie est une croissance, un chemin, une ascension vers les réalités célestes et Marie nous y conduit le plus fidèlement car elle nous mène toujours à Jésus, son enfant. Notre sœur l’avait bien compris, elle qui méditait son chapelet. A Jésus par Marie, prenez le temps de la grâce.

Pour conclure, il semblerait que la notion d’éternité soit plus familière à notre sœur. Et bien dans les jours et les semaines qui viennent, que chacun de nous prenne le temps de l’éternité de Dieu. Le monde ne s’effondrera pas si nous arrêtons de courir pour nous retrouver avec Dieu, en famille, entre amis. Le temps doit rester le luxe des Chrétiens. Le monde court après nous ne savons quoi, arrêtons-nous pour contempler, prier, rendre grâce. Arrêtons-nous pour aimer et être aimé.

Amen. Alléluia

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.