Logo Paroisse Notre Dame de la Plaine - Luçon

HISTOIRE DE L’ANTENNE DU SECOURS CATHOLIQUE de LUÇON
Logo du Secours Catholique © secours catholique

HISTOIRE DE L’ANTENNE DU SECOURS CATHOLIQUE de LUÇON

Un premier local, rue du Port :

Au tout début, le Secours Catholique a trouvé asile dans la maison De Lespinay, à l’angle de la rue du Port et de la rue du Pont-Gentilz, à l’opposé de la maison canoniale. C’est une maison à caractère, mais elle n’était pas destinée à accueillir du public. Les pièces étaient petites. On entrait par le n° 26 de la rue du Port. L’évêché souhaitait mettre en vente cette demeure, aujourd’hui propriété de M. et Mme Gourin. La permanence est restée dans cette maison jusqu’à l’automne 1988. Les responsables de l’époque étaient Madeleine et Joseph Bourdet

 Un second local, impasse de la poste : 

Après le Départ des collégiens de 4è-3è de Notre-Dame pour occuper le nouveau bâtiment 1987 à Sainte-Ursule, de nombreuses salles n’ont pas été occupées, en particulier celles qui se trouvaient près de la grille d’entrée, impasse de la poste. Pour le Secours Catholique, c’était un emplacement intéressant.

Le Secours Catholique a occupé plusieurs salles.  On entrait par une porte située du côté ouest de l’impasse. L’ouverture de cette porte existe toujours : elle donne accès au cabinet dentaire, mais la porte a été changée.

Au rez-de-chaussée, on passait dans un couloir. Du côté gauche, on était reçu dans ce qui était une salle de classe, une salle spacieuse, agréable qui convenait à l’espace d’accueil. Après cette pièce, au bout du couloir, se trouvait une autre grande salle où étaient reçus les bénéficiaires.

A droite du couloir, il y avait une pièce plus petite où étaient distribués les denrées alimentaires (avant la création de l’épicerie sociale)

Toujours, au rez-de-chaussée, au bout de cette aile, une ancienne serre aménagée où était entreposé le mobilier.

Pour accéder à l'étage, il y avait un escalier en très mauvais état. C’était l’espace vêtements, jouets, puériculture. Mais l’accès était très difficile.

Il n’était pas envisageable d’organiser des braderies dans ce local. Alors deux fois par an, les bénévoles amenaient les portants, les caisses, dans le sous-sol de Notre-Dame, autrefois une vaste salle d’étude, de réunion. Mais, ici encore, il fallait descendre plusieurs marches pour entrer dans ce local. Par contre, la place ne manquait pas. 

Un nouveau local :

Le collège Notre-Dame disposait, derrière la grande cour, d’une maison. Au rez-de-chaussée, deux classes situées de part et d’autre d’un couloir, accueillaient de petits groupes d’élèves. L’une des classes de transition bénéficiait d’un escalier en fer, pour accéder à leur salle. Il restait à l’étage des chambres où ont logé des enseignants, prêtres et laïcs. Mais ces pièces étaient peu agréables, sans confort.

Après la transformation de cours mixtes pour tout le collège, à la rentrée 1974, la maison de la rue de l’Union Chrétienne est disponible. L’évêché y installe l’abbé Abel Gaborit, organiste de la cathédrale. Dans la salle située à gauche de l’entrée, il donnait des cours de musique aux futurs organistes de Luçon et des environs et il logeait à l’étage où avait été aménagée une cuisine, une chambre, une salle d’eau. Un espace propre et spacieux.

Le Secours Catholique prend possession des locaux après son départ. Ceux-ci seront aménagés pour y accueillir aussi bien les vêtements que les jouets et produits de puériculture. Une grande salle est dégagée à l’étage et comme il y a une cuisine à ce niveau, les femmes de la convivialité peuvent se retrouver le mardi, discuter, fabriquer divers objets, déjeuner ensemble.

Dans la cour, un beau chalet en bois était affecté au bric à brac, aux livres.

Mgr Santier a inauguré et bénit le local le 26 mai 2006. Le Secours Catholique, à Luçon disposait d’un local agréable pour recevoir des personnes en difficulté, mais aussi d’autres personnes qui venaient y déposer des vêtements, du linge, de la vaisselle, des livres, des jouets.  La petite salle, située à droite de l’entrée permet de recevoir en toute discrétion des personnes qui demandent des aides diverses.

Il y a davantage d'espace que dans les autres salles de Notre-Dame et la convivialité peut se réunir dans le local à l'étage, mais l'escalier pose problème, de plus en plus, à certaines femmes. Elles ont trouvé refuge rue Dumaine dans une salle qui est propriété de la ville.

Les espaces vêtements, puériculture, bric-à-brac sont plus à l'aise pour les accueils du mardi et du jeudi matin.

Mais ce nouveau local pourtant bien aménagé pose quelques problèmes

L’escalier qui conduit à l'étage ne convient pas pour un local qui accueille du public (il faudrait soit un ascenseur, soit une plate-forme)

Le mobil-home affecté au bric à brac est en mauvais état, l'espace livres n'est pas agréable, on ne peut pas y circuler facilement pour chercher, pour ouvrir quelques livres. De plus, l'accès à ce local est défectueux et il faudrait y aménager une rampe d’accès.

L'espace d’accueil, de convivialité, au rez-de-chaussée, est exigu et quand des personnes veulent accéder à l’espace enfants, il faut déranger celles qui prennent un café ou qui sont assises pour parler.

La porte d'entrée est en mauvais état.

L'antenne Luçonnaise a pris de l'essor, elle a besoin d'espace. Il faudrait trouver un local sans étage, avec différentes salles.

Il y avait un beau chalet en bois. Celui-ci a été enlevé pour faciliter la construction de l'école Sainte Famille mais il n'a jamais été restitué, et malgré de nombreuses demandes, on n'a jamais su qui l'a emporté.

Il a été remplacé par un chalet usagé provenant des installations provisoires de Xynthia. 

 En 2017, la congrégation des missionnaires de la Plaine propose sa cour pour la braderie de printemps. L’idée est intéressante car on dispose d’un plus grand espace. Seul bémol, le déménagement demande de réels efforts aux bénévoles, mais le résultat, tant moral que financier, est très positif.

Les responsables de l’antenne Luçonnaise du Secours Catholique : 

Madeleine et Joseph Bourdet

Mme Françoise Bogaërt

M. Joseph Joguet

M. Jean-Marie Tapin

Secours Catholique : carte

Site Web                                Itinéraire

Adresse : 13 Rue de l'Union Chrétienne, 85400 Luçon

Téléphone : 02 51 56 26 12

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.